Notes à propos du séminaire de Faro

Internet, Jeunesse et globalisation

Evelyne Bévort – Modération
Comment chacun s’approprie de l’Internet – Double mouvement autour des outils

Alton Grizzle
«l’Éducation aux Médias dans une perspective globale»

1 – L’Unesco est en train de développer une proposition pour introduire l’Éducation aux Médias dans les curricula sous la désignation « Media Literacy Education ». La proposition n’est pas consensuelle. Selon plusieurs chercheurs, « Information Literacy » est plutôt utilisée a propos des TICE. « Media Literacy » c’est plus la réception critique et production réflexive des messages médias.

Michel Clarembeaux
« Education au cinéma et nouveaux médias »

2 – Les jeunes utilisent les médias même s’il se savent pas quelle est la meilleur façon pour les utiliser. Alors, il faut qu’ils apprennent a utiliser les médias, pas seulement pour s’amuser, mais aussi pour développer d’autres activités. En effet, « pour pouvoir apprécier, il faut d’abord connaître ».

Histoire et rapport aux nouveaux médias

Education au cinéma
= Redéfinition des concepts
I – découvrir des films importants
II – Faire l’analyse
III – Réaliser des films

1- Quel genre de filmes ? Pas nécessairement les classiques, même si c’est un passage obligatoire pour mieux explorer le cinéma, mais dans une première phase exposer des offres modernes et mettre en évidence des filiations.
2- Analyse. Mettre en perspective les émotions qu’on a pu ressentir en voyant le filme pour le mieux cerner. Il faut aussi le mettre en contexte, c’est-à-dire éclaircir l’engagement sociopolitique et culturel.
3- Réalisation. Il faut soit même faire des filmes, même dans l’imaginaire, sinon on est pas dignes d’aller au cinéma. Il faut favoriser la prise en image, communiquer par l’image.

= Va et vient entre le filme vu et celui qui sert à la curiosité.
= lecture créative

Nouveaux medias
= Explosion des numériques (manipulation des images). Un ensemble de dispositifs qui ont été mis en place. Nouvelle relation entre les médias et la pratique.
= Convergence. Etre reconnu, faire partie d’une tribune. Possibilité de dispersion. Relation fusionnelle à refuser.

Quelle convergence à soutenir

= Avant tous les enseignants avaient accès à des matériaux cinématographiques à l’école 16/30 mllm
= En 2000, on retrouve l’accès au support DVD. Les éducateurs peuvent par la loi diffuser les matériaux.
= Cinémathèque virtuel, peut-être complété par la vidéothèque de classe
= L’éducation doit créer des passerelles entre la salle de classe et la salle de cours. Baliser et tri aussi.

Comment susciter auprès de jeunes un point de vue critique

= Changement perpétuel, pas statique
= Plénitude de l’attention. Créer la possibilité de s’arrêter, contempler.
= Lancer des monographies
= Forums d’échange

Réalisation

= Mini DV, web cameras, portables – Beaucoup d’offres
= Aider les jeunes à dissocier les outils mieux adaptés
= Favoriser l’expérimentation et responsabilité éditoriale du jeune
= émetteur et récepteur

L’éducation au cinéma/media va devoir assumer un outre rôle. Nécessité de construire des nouveau itinéraires, donc nous devons aller vers les nouvelles compétences.

Commentaires des experts

Isabelle Breda
= Education aux medias ≠ Information Literacy. Chemins parallèles en France, rarement ils se recoupent.
= Il y a des enjeux politiques pour l’éducation aux medias axé sur les enfants. Quand on parle d’ Information Literacy on parle de systèmes.
= Dans la politique française on ne voit pas de rapprochement entre les deux.

Pier Rivoltella
= Paradigme déterministe – point de vue du gouvernement, les medias ne son pas que des technologies mais aussi des éléments culturels.
= Paradigme de la pensé publique

Nelson Zagalo
= Comment apprendre les jeunes à différencier. Les jeunes doivent apprendre à utiliser les medias de façon réfléchie et critique

Commentaires du public

= Apprécier tel contenu tel media ? Aimer ou ne pas aimer ? Notre rôle d’éducation n’est pas forcément de faire aimer mais plutôt e faire connaître. Pour pouvoir apprécier il faut connaître, pour connaître il faut savoir quels sont tous les outils à la disposition.
= L’approche autour du cinéma est un peu différent car il y a un bagage historique.
= Fantasme de la mémoire infinie que procure les nouvelles technologies. Désir de la recherche. Le réel ne raconte rien, il faut que quelqu’un le raconte. Pour faire sens à tous les nouveaux usages, il faut attirer l’attention sur ce qu’il est raconté.
= Il est nécessaire d’avoir un lien très proche avec les enfants, car le développement des pratiques évoluent beaucoup plus vite que ce que nous percevons.
= Quel est notre place en tant qu’éducateurs ? Comment nous même devons nous approprier de ces courants ? Comment nous pouvons les partager ? Comment nous nous situons ?

3 – Au Québec, la Régie du Cinéma, un département du Ministère de l’Éducation Nationale vient de présenter un guide dirigé aux parents, pour qu’ils puissent aider ses enfants à développer un esprit critique en ce qui concerne les messages des médias. Le guide est encadré dans une orientation normative de l’Éducation aux Médias, soit, l’orientation contraire à celle de l’appropriation des médias par les jeunes.

4 – Les blogs sont des espaces que permettent le développement d’une vraie démocratie participative. La participation sur un blog ne demande que très peu de connaissances informatiques. Mais il y a des questions à résoudre, comme par exemple l’anonymat des auteurs des « posts » et aussi des auteurs des commentaires.

5 – Les produits multimédia, comme par exemple les jeux vidéo et les sites Internet doivent fournir information a propos de ses contenus. Une hypothèse c’est la proposition du projet Pan European Game Information (www.pegi.info). Ça est important du point de vue social, mais aussi du point de vue éducatif, parce que l’usage des jeux vidéo en classe permet aux élèves d’avoir un rôle plus actif à l’apprentissage.

6 – Les taux d’utilisation des nouveaux médias par les jeunes croît d’une façon progressive au même temps que le contrôle parental sur cette usage devient de plus en plus faible. L’exception est le temps que les jeunes sont sur Internet. En ce qui concerne les nouveaux médias et les parent, nous pouvons considérer que le téléphone mobile est devenu uns prothèse sociale. Les parents restent plus tranquilles quand leur fils sortent en amènent le cellulaire avec eux.

7 – La méthodologie de l’enquête journalistique en classe, utilisant l’Internet comme ressource, est une très bonne option pour motiver les enfant et les jeunes pour la production des messages médias a publier, par exemple, sur le journal scolaire, imprimé ou en ligne. Cette méthodologie s’appuie sur un travail de petit groupe, co-disciplinaire, pendant lequel les élèves cherchent des réponses à un problème et ont l’opportunité d’expérimenter.

8 – Il est nécessaire de comprendre les représentations des élèves face aux représentations des enseignants. Le fossé parmi les deux est plutôt technique que culturelle, car quand ils se rencontrent au débat ces idées ne sont trop différentes, mas même similaires.

9 – Le « Media Education way of life » peut être caractérisé par trois mots: COOPERATION, DIALOGUE, CRIATIVITÉ. Mais cette façon de vie est toujours en renouvèlement et il y en a des questions que demandent de solution urgentes, notamment à quatre niveaux : REPRÉSENTATIONS, APPROPRIATION, VALEUR, IDENTITÉ. Ce sont des très bonnes questions pour le débat à Bellaria.

All the versions of this article: [English] [français]

You are here:   Homepage Publications Notes à propos du séminaire de Faro

Organisators

Média AnimationUniversity of the Algarve
Le ClemiZaffiria

Partners Congress

Evens Foundation  PEGI
European Newspaper Publishers' Association  Media Coach

Rechercher sur le site