Quelques perspectives pour les débats

Le numérique a bouleversé la donne en matière de produits et services éducatifs et culturels, de pratiques culturelles des jeunes, de positionnement des institutions éducatives et bien sûr de compétences à acquérir pour agir en citoyen dans la société de la connaissance. Face à ce nouvel environnement éducatif, il pourrait s’agir d’élaborer une nouvelle media literacy, voire de nouveaux types de literacies, intégrant le profond changement que constitue le passage de l’état de lecteur (de texte, de sons, d’images) à celui d’acteur.
Le concept clé de l’éducation aux médias ne serait plus alors la représentation (ce que nous connaissons du monde passe pour l’essentiel par la représentation que les médias en donnent), mais plutôt la communication. Avec le développement des différentes pratiques de storytelling (à travers le jeu, les réseaux sociaux ou les plate-formes de blogging, et la construction d’identités virtuelles ou d’avatars), l’éducation aux médias devrait prendre davantage en compte la notion de fictional based media, à côté de l’approche traditionnelle de information based media. Il s’agirait alors de redéfinir les types de compétences à acquérir en fonction des types de literacy visés.

On constate aujourd’hui dans la plupart de nos pays une série de fossés que l’école peine à prendre en compte. Fossé intergénérationnel, fossé entre l’école et la maison, fossé entre éducateurs aux médias et pratiques TIC orientées métier.
- Le fossé intergénérationnel demande à être réinterrogé. Si dans de nombreux pays européens, les systèmes éducatifs lancent de vastes campagnes de dotations d’ordinateurs portables destinés à un usage à la maison comme à l’école, ou la mise en place de plate-formes (espaces numériques de travail, ENT) censées faciliter la communication entre les familles et l’école, des études montrent les limites de ces réponses institutionnelles. Il s’agirait plutôt de considérer les nouvelles pratiques sociales, en particulier celles du jeu vidéo et du web participatif : induisent-elles, comme certaines recherches semblent l’indiquer en Italie, de nouvelles relations à l’intérieur de la famille autour de compétences et d’appétences partagées ?
- La recherche européenne Mediappro a montré à quel point les jeunes considéraient l’école et la maison comme deux univers séparés et totalement hétérogènes pour ce qui est de leurs pratiques des TIC. Ce fossé pénalise fortement les transferts d’apprentissage, et plus largement une maîtrise raisonnée, responsable et autonome par les jeunes des dispositifs TIC existant et à venir.
- On remarque dans beaucoup de nos pays une quasi impermabilité entre deux approches du numérique dans l’éducation (référence Andrew), qui renouvelle l’opposition bien connue entre éducation aux médias et éducation par ou avec les médias. D’un côté, issue des arts et de la culture, l’éducation aux médias aborde le média à la fois comme un objet d’étude spécifique et comme un objet culturel ; à ce titre, les mondes virtuels ou les jeux vidéos ne sont-ils pas des objets artistiques et culturels qui peuvent être étudiés au même titre que la littérature ? De l’autre côté, issue des sciences et de l’information, l’approche TICE s’intéresse à ces médias comme à des outils et des ressources au service des apprentissages, privilégiant l’approche métiers, en particulier autour des concepts de pratiques ou d’apprentissage instrumentés. Face au risque de développement de voies parallèles, un des défis qui se pose aux systèmes éducatifs pourrait consister à établir des voies transversales entre ces deux approches des TIC.

Quelles voies les recherches actuelles sur l’appropriation de ces médias électroniques par les jeunes ouvrent-elles aux éducateurs ?
Quelles pratiques éducatives seraient susceptibles de favoriser non seulement une réelle maîtrise des outils et des ressources, mais surtout de développer à la fois la créativité et la réflexion critique dans les usages des médias numériques ?
Entre l’intégration de formes de jeux véhiculant des valeurs positives, acceptables par une société donnée, et le rejet à la sphère privée de formes plus anarchiques (référence), comment l’école se situe-t-elle face à ces nouvelles pratiques et ces nouveaux objets de la culture populaire que sont les jeux vidéos, le web participatif et les réseaux sociaux ?
Le concept de créativité, sur lequel peuvent se retrouver les TICE et l’éducation aux médias, ne risque-t-il pas occulter d’autres concepts clés de ces nouvelles formes de literacies, l’approche critique comme l’approche culturelle ?

Experts: Isabelle Brèda, Pier Cesare Rivoltella, Andrew Burn, Nelson Zagalo, Faro 2008.

You are here:   Homepage Seminars Faro seminar Quelques perspectives pour les débats

Organisators

Média AnimationUniversity of the Algarve
Le ClemiZaffiria

Partners Congress

Evens Foundation  PEGI
European Newspaper Publishers' Association  Media Coach

Rechercher sur le site